Ubuntu 11.04 et Unity, grosse déception

Presque un mois que je fait l’effort d’utiliser la nouvelle interface adoptée par Ubuntu Linux dans sa dernière version: Unity. Présentée comme plus ergonomique et facile à utiliser, je me suis d’abord dit que les soucis venait de moi, qu’il fallait que je m’habitue… mais là vraiment, c’est plus possible.

Et voilà les multiples raisons qui vont me faire abandonner cette interface bancale. Mon premier vrai coup de gueule contre Ubuntu depuis plus de 4 ans de fidélité.

Le lanceur d’application sur le côté gauche m’insupporte

  • pas moyen de le bloquer ouvert si une fenêtre empiète sur son espace
  • pas moyen d’afficher une icône par fenêtre, ce qui est plus rapide pour passer d’une application à l’autre
  • pas moyen d’afficher le nom des fenêtres ou des application, pourtant pratique pour sélectionner plus rapidement la bonne surtout pour les néophytes!!!  Il faut donc se contenter des icônes.
  • lent à s’afficher

Dash, le principe du menu inutilisable mention « clicodrôme sans fin »

Dash, c’est le menu principal d’Ubuntu. Il s’affiche quand on clique sur l’icone en haut à gauche de l’écran. Et c’est la seule chose facile à faire avec. Heureusement que je connais bien les application que j’utilise et que je peux les chercher par leur nom directement grâce à la fonction ad hoc présente sur toutes les pages de dash

Les raccourcis sont figés à 4 liens vers des catégories et 4 liens vers des programmes favoris que je ne sais pas modifier (et qui sont déjà dans le lanceur d’application, car favoris…). 8 grosses icônes imposées, non modifiables et qui mène à… pas grand chose:

  • Application Multimédia: 3 ligne de 6 icônes liés au multimédia:
    • les 6 plus utilisées et comme je n’en ai pas utilisé 6, j’ai droit à « Aide » en plus du lecteur de Vidéo et du lecteur de Musique… très pertinent
    • 6 installées par une multitude par ordre alphabétique sans vérification de redondance avec la lignes du dessus (ce qui rends cette ligne totalement inutile)
    • 6 suggestions d’applications non-installées mais disponibles (sur quel critères??? je ne sais pas… probablement /dev/random ?!) ce qui est un gros gâchis de place dans un menu prévu pour être « concis » et pas très facile à appréhender pour un débutant: proposition non pertinente parfois vers des logiciels très pointus (exemple du moment: « Mx44 a polyphonic multichannel midi realtime software synthesizer »), déroutant…
  • Application Internet: idem mais pour les applications Internet
  • Plus d’application: idem mais avec TOUTES les applications ! le choix du tri alphabétique des 6 applications installé affichées se révèle toujours plus pertinents et les propositions d’installation surprenantes
  • Trouver des fichiers: en fait 3 lignes de 6 icônes maximum:
    • les 6 derniers fichiers utilisés
    • les 6 derniers fichiers téléchargés ou plutôt placé dans le dossier « ~/Téléchargements », car si c’est ailleurs, ça n’apparaît pas et si c’est une copie de fichier plutôt qu’un téléchargement, ça apparaît… bref
    • les 6 premiers dossiers favoris, heureusement trié dans le même ordre que dans Nautilus

Dans les cas où 6 icônes ne sont pas suffisantes, un petit lien apparaît à côté du nom de la catégorie pour la développer. Encore un clic avant de peut-être trouver l’élément recherché. Efficace? bof… et dans le sous-menu « Plus d’application »

Je préfère de très loin le bon vieux classement par type de logiciel (Internet, Graphisme, bureautique, …) du menu « Application » traditionnel de Gnome, à la même place. Facile à comprendre pour un débutant car logique et intuitif et facile à réorganiser selon les besoins.

On retrouve les entrée « Plus d’application » et « Trouver des fichiers »  sous forme de raccourcis dans le lanceur d’application. C’est absolument la même chose, accessible avec un clic de moins et sous les noms « Applications » et « Dossiers et fichiers » (et oui, la même chose mais avec un autre nom) avec des icônes pas très explicites (encore dommage).

Le menu global pour toutes les applications

Encore une FBI (Fausse Bonne Idée). Je m’explique. Ce menu, c’est en fait la barre de menu habituelle de toutes les applications. On y retrouve les menu « Fichiers », « Edition », « Affichage », « Outils », « Aide », etc…

L’idée a été de placer ce menu dans la barre tout en haut de la fenêtre pour gagner de la place – à la MacOS X –  peut-importe que la fenêtre soit maximisée ou non. Pas mal sur un netbook avec un écran réduit, mais sur mon écran FullHD (résolution qui se répand très rapidement) mais les va-et-viens avec la souris sont vite lassants quand on utilise plusieurs fenêtre côte à côte. D’autant que ce menu à en plus deux inconvénients majeurs:

  • les entrées du menu disparaissent pour afficher le titre de la fenêtre active dès que la souris le quitte. Quand on veut aller dans le menu, on commence par survole la barre et ensuite seulment on peut aller pointer puis cliquer sur la bonne entrée.
  • seules les entrées de la fenêtre actives apparaissent au survole de la souris. Pour voir le menu d’un autre application, il faut d’abord la réactivée avant de revenir vers le menu.

Autres délires

Le menu Réglage du système qu’on retrouve derrière l’icône d’arrêt du système. C’est presque aussi logique que de devoir cliquer sur « Démarrer » pour éteindre sa machine…

La minimisation d’un fenêtre la fait apparait a peut-près n’importe où, sauf là où elle était avant de d’être maximiser. Au moins, elle reprend sa taille d’origine.

Le réglage d’Unity passe par des applications qui ne sont pas installés d’origine. Entre autre sou forme de plugin pour CCSM, qui est l’utilitaire de paramétrage de Compiz (effets d’animation 3D du bureau). Encore un truc très logique et naturel…

On ne peut plus prendre une icône d’application et la faire glisser sur le bureau pour créer un raccourci !!!

Conclusion

Je repasse à Gnome! Au moins le temps de trouver mieux.

Heureusement que cette possibilité est maintenue, pour le moment. Unity est vraiment parti dans la mauvaise direction à mon avis: rien n’est ergonomique pour une machine de bureau: on passe son temps à clic à droite et à gauche, à chercher ses applications (j’en utilise plus de 6!!!), à faire réapparaitre ses menu. C’est fastidieux.

Je ne me vois pas imposé cela à mon père, que j’ai converti à Linux depuis quelques années avec succès. C’est vraiment mal partis. Pour lui, les choses doivent être explicites et intuitives: des menus nommé « Applications », « Raccoucis » et « Système », c’est explicite. Une icône accompagné d’un texte, c’est explicite. Un menu qui disparaît c’est déroutant. Une icône d’application sans texte, c’est une image. Le paramétrage du système dans le menu d’arrêt du PC c’est illogique.

En plus de repasser à Gnome 2, je vais probablement tenter ma chance du côté de Gnome 3 (pas mal décrié aussi, il me semble) et de KDE que j’avais abandonné à cause des nombreux bug et lacunes dans les premiers temps de la version 4. Et je migrerai simplement vers une autre distribution qui supporte bien l’environnement de bureau, quitte à quitter les dérivés d’Ubuntu si besoin (pourquoi pas retrouver sur Fedora après des années de fidélité à Ubuntu, par exemple).

J’en ai fini avec le temps où j’aimais passer des heures à bidouiller, tester des versions beta voire alpha de nouveaux logiciels. Maintenant, je veux un environnement qui fonctionne, facile, logique et ergonomique. Si je retournais à mes anciennes occupations de geek, je choisirai de réinstaller Gentoo, Debian ou Slackware. mais d’une distribution qui se veut grand public comme Ubuntu, j’en attends autre chose, peut-être moins audacieux ou alors mieux penser et mieux fini avant d’être installé d’office.

Néanmoins, je conserverai probablement cette interface sur mon netbook 9″ car elle me semble plutôt bien adapté aux petits écrans. Pour le reste, je vais voir ailleurs.

5 réflexions au sujet de « Ubuntu 11.04 et Unity, grosse déception »

  1. Bonjour…
    Je suis absolument d’accord avec votre constat. Moi, aussi je me suis dis que j’avais une résistance naturelle au changement (ce qui est normal) mais non Unity est impossible ! J’ai fini par reformaté et installé une Debian Squeeze pour le moment. Cela dit sur Debian, hormis certain réglages un peu moins simple qu’avec une Ubuntu, le plus difficile est que certaines versions de logiciels installés sont vraiment très anciennes et posent parfois des problèmes là où je n’en avais pas avec Ubuntu (gwibber par exemple qui ne fontionne pas en Stable). Bref, j’ai tenté une Archlinux virtualisée pour voir… très sympa mais il faut savoir où on mets les doitgs, pour moi pas de problème c’est mon job ,mais je n’ai pas forcément envie de continuer chez moi. Enfin, sur un de mes PC, je suis bien repassé de Unity en Gnome classique mais là aussi j’ai rencontré plusieurs difficultés. Du coup, j’ai tenté le passage vers Gnome 3. Résultat… ça marche mais malheureusement quoi que moins désagréable qu’Unity, je trouve aussi le principe anti-ergonomique mais ce serait long à développer ici. Il faudra attendre la version stable pour juger réellement.

  2. Aussi d’accord. C’est vraiment dommage. En plus je trouve qu’il est assez instable. Ça se bloque, il faut redémarrer au mieux style Windows.

  3. Idem, je suis tout à fait d’accord avec vous. Je n’ai eu que des problèmes avec la version 11, et du coup, je suis repassé à la 10.

    Je viens de tester la version 12, et je ne peut dire qu’une chose : ils ont fait fit des remarques de la plus part des utilisateurs, en remettant d’office leur Unity.

    Vous dites également avoir réussi à désactiver Unity et retrouver ce bon vieux gnome. Je me demandai comment vous aviez fait, ne serai-ce que pour essayer l’astuce sur la version 12, et (peut-être) enfin faire évoluer mon système.

    Par ailleurs, si vous ou quelqu’un d’autre, aviez trouvé un autre système plus… abordable, je dirai, je ne puis que vous inciter à nous faire partager son nom.

    1. Désolé, j’arrive sûrement après la bataille.

      Au final, je suis repassé sous KDE (en version 4.x donc). Les défaut de jeunesse de KDE 4 qui m’avait fait migrer sous Gnome ont depuis été fixés: c’est stable, c’est configurable et c’est graphiquement cohérent (toutes les appli importante sont passée à Qt4).
      Du coup, je retrouve avec bonheur certaines application que je trouve meilleure que celle de l’environnent Gnome (pour mon usage): Amarok, Dolphin et Digikam en tête. D’ailleurs pour ce dernier, j’avais quand même gardé Digikam sous Gnome tellement il n’a pas d’équivalent à mon goût, de la même façon que je garde the GIMP sous KDE.

      Reste trois logiciels que je conserve pour leur aspects multiplateformes et portable: Mozilla Firefox et Thunderbird, et Keepass/KeepassX (pour la gestion des mot de passe).

      Avec le relatif abandon de Kubuntu par Canonical, je ne sais pas trop, si je vais rester encore fidèle bien longtemps à cette distribution. Je verrai comment se passeront les prochaines mises à jour.

  4. C’est dommage en plus il commence a y avoir un moment que cette version est proposé et déçoit du monde.
    La 10.04LTS avec le bureau gnome était l’apogée d’ubuntu à ce moment la on pouvait convertir des utilisateurs de windows a venir sous linux.
    Le bureau unity semble plutôt bien pour une tablette et un utilisateur débutant.
    Mais pour les geek qui utilise linux depuis des années et qui se retrouvent avec unity c’est une catastrophe.
    A nous de créer une nouvelle branche dans les distributions linux?

Les commentaires sont fermés.