Randonnée roller des 4 lacs

L’idée était de faire une belle randonnée en roller pour finir ma préparation au voyage en Scandinavie. Les objectifs: vérifier ma capacité à encaisser de gros kilométrages journaliers (~60 à 70km par jour), tester mon nouveau matériel de bivouac et me faire plaisir ! Il n’était en effet pas question d’aller faire 25 tours par jour et de bivouaquer dans le bois de Vincennes.

Petite recherche de voies vertes à proximité de Paris et j’ai trouvé mon bonheur: les Voies Vertes de Champagne et Bourgognes qui relient Vitry-le-François, Saint Dizier et le lac du Der-Chantecoq et ensuite la Voie Verte des lacs de la forêt d’Orient jusqu’à Troyes. En « bonus », un itinéraire cyclable (routes à faible circulation) est identifié entre les Voies Vertes du lac du Der et des lacs de la forêt d’Orient.

Je charge donc mon skate-drive de mon matériel, y compris cette fois-ci mon ravitaillement en nourriture… bivouac sauvage prévu pendant 3 jours. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est nettement plus léger et compact que pour mes précédentes sorties. Merci aux forumeurs de randonner-leger.org pour les précieux conseil et retour d’expérience !!!

J1 – Vitry-le-François – Saint Dizier – lac du Der

Réveille à 5h30, métro à 6h30, train à 7h30: c’est tôt, mais comme ça, je ne suis pas pressé. J’arrive à Saint-Dizier vers 9h30 et chausse de suite et rejoint la piste cyclable assez proche de la gare. Unique « difficulté » 500m de liaison cyclable en graviers à peine bitumés. Ça croustille sous les roues!

Ensuite, du bonheur tranquille jusqu’à Saint Dizier, le long du canal de la marne à la Saône. Longue ligne droite, très peu de dénivelé, à l’abri du vent derrière les arbres: les kilomètres défilent doucement ponctués régulièrement par les écluses et leurs maisons fleuries. Globalement, il y a très peu de monde sur tout le trajet jusqu’à l’entrée de Troyes ce qui n’est pas étonnant en semaine, hors saison de vacances. Ce n’est pas pour me déplaire.

A Saint-Dizier, je me perds un peu et retrouve rapidement le chemin de la piste cyclable qui longe le canal d’amenée entre la Marne et le lac du Der. Un peu plus dur, c’est en plein soleil de midi et heureusement qu’il n’y a quasiment pas de vent car la piste est situé en haut de la digue. Encore 12km de plus, sans difficultés mais je commence à avoir besoin d’un pause pour manger, ce que je fait au bord du lac, sur la presqu’île de Nemours à l’ombre. Ma mère m’apprend par SMS le risque d’orage pour le soir. Je vais devoir surveiller le ciel et ne pas trop tarder pour monter mon abri.

Je reprend donc le tour du lac après une heure de pause. Encore une fois, la piste cyclable est très roulante et sans grandes difficultés, les rares portions moins agréable en roller sont les tronçons partagés avec les voitures. A un moment, un cycliste arrive à ma hauteur et nous échangeons quelques mots. Il m’apprends que je ne suis plus qu’à 4~5 kilomètres de Giffaumont ou je dois bifurquer vers le sud (bonne nouvelle, je ne pensais pas être déjà si loin) et son compteur affiche 23 km/h, ce qui est honorable avec un léger vent de face, un skate-drive charger (~un peu moins de 20kg tout compris) et 60km dans les jambes. Je suis donc en avance sur mon programme et profite d’un moment de relaxation avec un thé glacé sur la base nautique de Giffaumont. Les nuages ne sont pas encore menaçant.

Je m’éloigne de la base nautique de quelques kilomètres et trouve un emplacement pour passer la nuit dans la forêt. Je monte donc mon tarp en me servant du skate-drive comme piquet, en mode demi-tipi. C’est une première et cette solution se révèle très spacieuse en surface et hauteur par rapport à une tente classique, beaucoup plus léger et compact à transporter et bien résistant à l’orage! En effet, quelques gouttes ont commencé à tomber pendant mon repas et ça s’est rapidement transformé en un puissant orage accompagner d’un pluie intense et de violentes bourrasques de vents. Je n’en demandais pas tant pour ma rando-test ! Mais tout c’est bien passé: tout à bien tenu et j’ai dormi au sec. Mon sursac de couchage finissant de me protéger des quelques gouttes envoyées par les quelques coups de vents en sens contraire.

Par contre, une petite négligence de ma part m’a valu et me vaut encore pendant l’écriture de ce billet quelques regrets: j’avais oublié mon anti-moustique et ces sales bêtes s’en sont donné à cœur joie. J’ai arrêté de contrer leurs piqûres à 30. A côté d’un lac, ça ne pardonne pas! En dernier recours, j’enfile mon imperméable (heureusement très respirant) comme barrière comme ces satanés insectes.

J2 – Lac du Der – Troyes

Le réveil sonne à 6h30, ayant oublié ma frontale, je me suis couché avec le soleil et je me lève donc assez tôt. Le temps est brumeux: la forêt s’égoutte encore des pluies de la nuit et l’air est saturé d’humidité. Pas de soucis pour faire chauffer l’eau du thé pour le petit déjeuner, il y a encore assez de petit bois à l’abri pour alimenter mon petit réchaud.

Je démonte tranquillement et veillant à ne rien laisser d’autre sur place que l’eau déposé sur mon abri et un carré de sol sec dans une forêt détrempée.

Dans ce matin de campagne, seul les piaillements des oiseaux se laissent entendre. Personne sur la piste glissante jusqu’à Montier-du-Der. Ensuite, toujours personnes ou presque sur les petites routes. Par contre, avec la fin de la voie verte arrive le gratton pour quelques dizaines de kilomètres. Ce n’était vraiment pas la partie la plus agréable. Je me retrouve à faire un détour par le charmant village de Soulaines-Dhuys avant de me rendre compte de mon erreur: le découpage des cartes que j’ai trouvé sur internet m’ont induit en erreur et j’aurai dû bifurquer à la Ville-aux-Bois.

Pour ne pas refaire la route forestière vallonnée et glissante en infâme gratton, je décide de prendre la D960 vers Morvilliers. Dommage, c’est le même revêtement, la circulation en plus. La route reste désagréable jusqu’à Petit-Mesnils. Là, ça change du tout au tout: route toute neuve très roulante, faux plat descendant et réapparition du soleil !!! J’arrive donc rapidement à Dienville au bord du Lac d’Amance pour un pic-ni bien mérité. Le Lac d’Amance est dédié aux sports nautiques motorisés ce qui laisse tranquille le lac d’Auzon-Temple pour la faune et la flore et le lac d’Orient pour les loisirs nautiques plus doux (plage, voiles, rames…)

Après 2 heures de pause dans une prairie , je constate deux choses: il ne reste que 47km jusqu’à Troyes et j’ai encore des jambes pour les parcourir avant la nuit et peut-être avoir un train pour Paris avec une journée d’avance. Tant pis pour la petite piste cyclable le long de la Seine à l’ouest de Troyes. C’est reparti !

De nouveau de la Voie Verte et de nouveau du bonheur: sa glisse tout seul et je peux profiter du paysage sans me préoccuper d’où je mets les pieds en permanence. D’un côté de la digue, la campagne à perte de vue et ses petits villages ou bien de la forêt. De l’autre les lacs réservoirs de l’Aube dont le niveau varient en fonction des saisons entre crue et étiage. Avec le niveau actuel des eaux, certaines petites îles sont inondées transformant certains bosquets de saules en paysages fantastiques de forêts flottantes dans le lacs d’Auzon-Temple. Ce lacs est aussi un sanctuaire pour les oiseaux, on y observe facilement une faune très riche en prenant un peu de temps.

En arrivant au lac d’Orient, le quatrième et dernier de cette randonnée la piste cyclable traverse des bois assez denses en un parcourt assez ludique (comprendre plein de virage 😉 ) mais malheureusement glissant à la suite des précipitations de la veille. Un peu plus loin, je passe le long de la plage de Géraudot: souvenirs de vacances en camping en famille… Au fur et à mesure, la piste s’éloigne du lac d’Orient et court le long du canal de la Morge et du canal de Saint-Julien jusqu’à Troyes. Là, finie, la belle piste cyclable, on est de retour dans la circulation routière. Les trottoirs sont à 90% impraticables en roller et la route bof bof… pas grave, bientôt la gare (merci à la personne venue vers moi par curiosité et qui m’a bien orienté!). Bonne surprise: un train direct pour Paris dans 10 minutes et à 21h30 je suis déjà à la maison en avance!

Je n’ai donc pas fait trop le touriste alors que la ville de Troyes s’y serait prêtée (il parait que c’est très beau), mais mon objectif était de me tester et de me préparer au mieux pour la Scandinavie. Cet objectif est rempli!!! Je me suis rassuré sur mes capacités à avaler les kilomètres et à utiliser mon matériel.

Les quelques photos que j’ai pris le temps de faire sont dans mon album: Photo de la Randonnée des 4 lacs

2 réflexions au sujet de « Randonnée roller des 4 lacs »

  1. un super périple, je connais la région que tu as faites , je suis fan de festival internationnal de la photo animaliere, il est vrai que le paysage est fantastique ….la faune miraculeuse etcccc;;; malgré une météo capricieuse tres souvent il y a une multitude de routes à faire en roller . le tour du lac de Der est magique ….. le vol des Grues cendrées m’en ont donné la chair de poule …… un lieu ou regne le silence et la plenitude……..
    au plaisir de faire un raid ensemble …
    Bonne chance pour la Scandinavie …….tres beau périple aussi en perspective …

  2. Bonjour,

    Merci pour la description. j’envisage de le faire avec ma petite femme en plus tranquille avec réservation hôtels, visite de Troyes etc…

    @++

Les commentaires sont fermés.